top of page

33 ans, l’âge du Christ…

Âge auquel mon frère embrassait le ciel.

Âge auquel j’embrasse la terre.


En cette année énigmatique,

J’ai moins usé mes chaussures.

J’ai davantage usé mes quatre murs.

J’ai prêté l’oreille aux murmures.


Ceux de mon cœur en veille,

Ceux d’une nouvelle ère en éveil.


A l’aube d’un Noël étrange et fragmenté pour bien des humains,

Mon cœur s’emplit de joie à l’idée d’em-bras-ser ceux qui lui sont chers.

Je sais la douleur de n’enlacer que du vent,

Quand certains d’eux brillent dorénavant au firmament.


33, comme les tours des disques de mon enfance,

Qui tournent à présent au passé.


Renaître maintenant, telle la chenille qui devient papillon.

Les richesses de la vie ayant conçu mon cocon,

Pour ensuite tisser la toile si subtile de mes ailes d’aujourd’hui.


Belles et vivantes émotions d’une intensité à couper, puis à redonner le souffle.

Premier jour d’une nouvelle renaissance,

Celle de la lumière sur la nuit,

Celle des souvenirs sur l’oubli,

Celle de la vie, toujours la vie.


Être chacun son propre Christ, son propre messie.

Faisant la lumière sur d’infinies richesses intérieures, à portée de cœur.


Il est des temps où il est bon d’être avec soi.

D'être sa propre dame de compagnie,

De s’étreindre comme une amie.


D’ouvrir des yeux émerveillés sur la beauté d’être en vie,

De se lover au fond de son cœur.

Levant le voile sur le bonne-heure.


24.12.2020



Comments


bottom of page